..


 
 . .

 | 
 

 Mouvement ouvrier et nouveaux mouvements sociaux: lapproche dAlain Touraine

         
belkacem titi

avatar

: 30
: 33
:
:
: 04/06/2010

: Mouvement ouvrier et nouveaux mouvements sociaux: lapproche dAlain Touraine    21/8/2010, 6:58 pm


La thorie sociologique des mouvements sociaux et spcialement des nouveaux mouvements sociaux que le sociologue franais Alain Touraine a dveloppe au cours des annes soixante-dix et au dbut des annes quatre-vingt prend son origine dans La Conscience ouvrire . En 1988, Touraine publie un ouvrage monumental sur la socit et la politique en Amrique latine, et plus prcisment sur le mode de dveloppement propre ce continent. Bien qu'il y soit amplement question de certains mouvements sociaux importants en Amrique latine (populisme, luttes paysannes, syndicalisme ouvrier et mouvements urbains), La Parole et le sang n'est pas proprement parler un ouvrage sur les mouvements sociaux. Les formes d'action culturelle, politique, sociale et conomique qui y sont analyses sont trop complexes et trop diffrentes de celles rencontres ailleurs pour pouvoir tre facilement examines ici. C'est plutt dans la vingtaine d'ouvrages qu'il a fait paratre entre 1965 et 1984, seul ou avec son quipe de chercheurs, que Touraine a trait des mouvements sociaux, et de questions de thorie et de mthode qui s'y rapportent. C'est donc dans ces ouvrages et tout particulirement dans Le Mouvement ouvrier que l'on doit regarder pour comprendre comment Touraine conoit la relation entre le mouvement ouvrier et les nouveaux mouvements sociaux dans les pays industriels avancs de l'Ouest.

La rputation de Touraine en sociologie industrielle s'est tendue rapidement dans les annes cinquante et soixante, mesure que paraissaient ses tudes sur les ouvriers comme acteurs historiques et ses livres thoriques sur la sociologie actionaliste. Dans Sociologie de l'action il avanait que la sociologie devait centrer son attention sur l'action et sur les relations sociales, ainsi que sur le conflit social, plutt que sur les structures et les systmes sociaux et l'intgration sociale. Touraine n'a jamais conu la socit comme un systme statique compos de divers niveaux ou instances superposs. Son point de vue se distingue donc aussi bien du structuro-fonctionalisme et du marxisme structuraliste, -qui privilgient l'ordre social et ngligent les acteurs sociaux -que de l'analyse stratgique et dcisionnelle et de l'utilitarisme -qui centrent toute l'attention sur les stratgies des acteurs sans tenir compte de l'insertion de ces derniers dans des rseaux de relations sociales. En somme, la sociologie de l'action de Touraine, son "actionalisme", veut viter les excs de l'idalisme et du naturalisme tout comme ceux de l'historicisme et du volontarisme.

Parmi ses premiers travaux empiriques en sociologie industrielle, le livre qui eut le plus d'impact est La Conscience ouvrire, qui annonce certains des thmes traits de faon beaucoup plus labore dans Le Mouvement ouvrier dix-huit ans plus tard. La question de la conscience de classe, centrale pour le mouvement ouvrier, demeure importante dans ce second ouvrage, mais Touraine y insiste davantage sur le mouvement ouvrier comme mouvement social que sur le processus de production conomique ou sur la conscience de chasse ouvrire. Mais l'originalit du Mouvement ouvrier rside dans les comparaisons que Touraine tablit entre le mouvement ouvrier traditionnel et les nouveaux mouvements sociaux qui ont surgi depuis le milieu des annes soixante dans plusieurs pays.

Touraine est maintenant reconnu comme l'un des plus importants chercheurs et thoriciens des mouvements sociaux. Le Mouvement ouvrier est le cinquime d'une srie de recherches sur divers mouvements sociaux, publies sur dix ans environ par Touraine et par son quipe de recherche, compose essentiellement de Franois Dubet, de Szusza Hegedus et de Michel Wiewiorka. Durant cette mme priode, Touraine a aussi publi trois livres plus lgers sur l'actualit . Le mouvement ouvrier opre non seulement un retour la question ouvrire, un domaine que Touraine avait toutes fins utiles abandonn durant les quinze annes prcdentes, mais il constitue aussi une raffirmation du rle du syndicalisme dans la socit contemporaine, en dpit du dclin du mouvement ouvrier et de la conscience de classe ouvrire.

L'ouvrage rend compte de la recherche-intervention ralise en France entre 1980 et 1983 auprs de cinq groupes de travailleurs et de techniciens dans cinq secteurs industriels (acier, chimie, chemins de fer, mtallurgie et informatique), au cours de laquelle certains de ces groupes furent confronts avec des travailleurs non syndiqus ou en chmage, et avec des cadres suprieurs. Dans le compte rendu dtaill de leur intervention, les auteurs, centrent l'attention sur le mouvement ouvrier et sur le syndicalisme en tant qu'acteurs sociaux, plutt que sur les acteurs politiques qui ont une influence sur les politiques gouvernementales. Leur thse est que, si le syndicalisme est encore un des principaux secteurs de la scne politique, "il est de moins en moins un mouvement social".

Le rle du syndicalisme devient un des principaux acteurs de la scne politique ; il est de moins en moins un mouvement social...

Son rle [i.e. celui du syndicalisme] n'est pas fini, mais l'histoire du mouvement ouvrier s'achve .

Ou encore que, mme si le syndicalisme n'est pas fini, "I'histoire du mouvement ouvrier s'achve".

Selon Touraine, le mouvement ouvrier est constitu de deux catgories trs diffrentes de travailleurs, les ouvriers plus professionnels, plus qualifis et plus corporatistes, et les ouvriers plus proltariss, plus spcialiss, et plus conscients de leur appartenance de classe. Leur fusion en un mouvement ouvrier unifi devient de plus en plus difficile, et par consquent le mouvement ouvrier tend se dsagrger. Il s'ensuit que le syndicalisme comme organisation se rapproche des centres du pouvoir politique sans l'appui d'un puissant mouvement ouvrier unifi. D'o le danger de no-corporatisme. Une des faons de s'en sortir pour les syndicats serait de s'allier avec les nouveaux mouvements sociaux (femmes, colos, pacifistes, etc.), le risque tant de perdre l'appui de leur propre base ouvrire.

Touraine soulve donc encore les questions qui le proccupaient avant 1968 : quelles sont les conditions et les caractristiques de l'accroissement de la conscience de classe ouvrire, et quels sont en France les rapports entre la conscience de classe, le mouvement ouvrier et les grandes fdrations syndicales ? Mais maintenant, il veut aussi tudier les liens entre le mouvement ouvrier et les syndicats, d'une part, et les nouveaux mouvements sociaux, d'autre part. Il s'intresse de plus aux chances de succs des partis ouvriers (le parti socialiste et le parti communiste) et des syndicats dans l'arne proprement politique, et aux chances de succs de l'alliance du mouvement ouvrier et des nouveaux mouvements sociaux dans l'arne sociale.

Pour comprendre l'insistance sur le rle central jou aujourd'hui par les nouveaux mouvements sociaux (malgr une relative accalmie sur ce front durant l're de Mitterrand, de Thatcher et de Reagan), il est ncessaire de rexaminer l'impact de leur soudaine ruption sur la sociologie de Touraine vers la fin des annes soixante.

Les vnements de mai 1968 ont constitu une plaque tournante dans l'volution de la sociologie de Touraine. C'est ce moment-l qu'il roriente ses intrts, jusqu'alors centrs sur des enqutes d'allure nopositiviste sur les travailleurs et sur la socit industrielle, vers un type d'analyse beaucoup plus critique des nouveaux problmes et des nouveaux mouvements sociaux qui commencent poindre l'horizon. Le Mouvement de mai ou le communisme utopique, La Socit post-industrielle, Universit et socit aux États-Unis, et Vie et mort du Chili populaire furent suivis par un second ouvrage thorique majeur, Production de la socit . La Sociologie de l'action avait t une tude thorique sur l'action des acteurs sociaux, et un essai sur les problmes fondamentaux des socits industrielles avances. Production de la socit, huit ans plus tard, tait une analyse de la structure sociale contemporaine et un effort pour dfinir une approche sociologique pour l'tude des mouvements sociaux. L'intrt de Touraine pour les nouveaux mouvements sociaux comme objet de recherche-intervention date de cette poque. Aprs une srie de livres d'allure plus lgre (Pour la sociologie, Lettres une tudiante, La Socit invisible, Les socits dpendantes, Un dsir d'histoire ), Touraine s'est mis dvelopper une nouvelle mthode pour l'tude des mouvements sociaux (mthode qu'il a appele l'intervention sociologique) dans La Voix et le regard . Cet impressionnant ouvrage de mthodologie raffirme et raffine ses propositions thoriques fondamentales. La nouvelle thorie sociologique de Touraine dcoule de sa rflexion et de ses recherches sur les mouvements sociaux; c'est une sociologie qui accorde beaucoup d'importance aux acteurs historiques, et qui rintroduit le sujet tous les niveaux de l'analyse.

Pour Touraine, la socit n'est pas un systme ordonn ou une structure organise en paliers avec une base conomique et une srie dinstances de moins en moins matrielles (sociale, politique, culturelle); elle n'est pas un drame non plus, ni une intention, ni une situation, ni une chose, mais le rsultat de l'action sociale, le produit des relations sociales. Elle est une hirarchie de systmes d'action, un rseau de mouvements sociaux, de luttes politiques et de crations culturelles. La socit agit sur elle-mme et produit la culture travers une suite de conflits. C'est un systme d'acteurs dfini par l'action culturelle et par les orientations culturelles oprant trois niveaux : celui de l'historicit (le systme d'action historique et des rapports de classe), celui des dcisions et des institutions politiques, et celui du fonctionnement organisationnel. L'historicit, qui est un des concepts cls de Touraine, c'est l'action cratrice par laquelle la socit se transforme elle-mme travers la lutte et le conflit. Elle est l'auto-production des pratiques et de l'action sociales et culturelles d'une socit donne.

Ce sont les mouvements sociaux, plutt que les classes sociales, le pouvoir, les rles, les orientations normatives ou les valeurs, qui sont au cur de la sociologie de Touraine. Pour lui, le mouvement social est constitu de trois lments : la dfense de l'identit et des intrts propres, la lutte contre un adversaire, et la vision commune que partagent le mouvement et son adversaire. En termes no-hgliens, on pourrait donc dire qu'un mouvement social est caractris par son identit, son opposition, et sa totalit. Un mouvement social, par consquent, c'est une action collective voulue et organise travers laquelle un acteur de classe conscient de son identit et de ses intrts propres lutte avec un adversaire identifi et cibl pour la direction sociale de l'historicit, dans une situation historique bien concrte.

Dans la socit industrielle, o l'change conomique a acquis une suprme importance, le mouvement ouvrier est le mouvement social central ; il est engag dans une lutte de classe avec les propritaires des moyens de production pour le contrle du processus d'industrialisation. Par ailleurs, dans la socit postindustrielle ou programme dans laquelle nous entrons, de nouveaux mouvements sociaux centrs sur la connaissance, la communication et la culture, plutt que sur le travail et l'conomie, se disputent le rle central. Dans ce type de socit, la communication ainsi que la production et l'accumulation des connaissances ont plus d'importance que l'change conomique. La classe ouvrire et le mouvement ouvrier y cdent donc leur place d'autres acteurs contestataires comme les femmes, les tudiants, les environnementalistes et les cologistes, les groupes ethniques opprims, les groupes de consommateurs, et tout particulirement le mouvement antinuclaire. Ces nouveaux mouvements sociaux sont en voie de devenir les principaux acteurs sociaux de l'histoire contemporaine, des agents rationnels dcids transformer la socit. À mesure que les organisations de la classe ouvrire deviennent des acteurs politiques et non plus des acteurs sociaux, ces nouveaux mouvements sociaux occupent la place laisse libre et ils se substituent eux dans l'arne sociale, jusqu'au moment o l'un d'eux, le mouvement des cologistes antinuclaires par exemple, deviendra aussi central dans la socit programme que le mouvement ouvrier l'a t dans la socit industrielle, et le mouvement pour les liberts civiques dans la socit marchande d'avant la rvolution industrielle.

Au cours des annes soixante-dix, et au dbut des annes quatre-vingt, Touraine et son quipe ont fait une srie d'interventions sur certains de ces nouveaux mouvements sociaux. Leurs rapports de recherche ont donn lieu des ouvrages, Lutte tudiante (sur les grves tudiantes en France), La Prophtie anti-nuclaire (sur le mouvement contre l'nergie nuclaire franaise), Le Pays contre l'État (sur le mouvement rgionaliste dans le Sud de la France) Solidarit (sur le mouvement ouvrier polonais). Le but de Touraine tait d'valuer et d'activer le potentiel progressiste de ces mouvements tout en analysant l'autoproduction de la socit programme en train d'merger.

Pour Touraine, les nouveaux mouvements sociaux sont les sages-femmes de l'histoire actuelle. Les sociologues progressistes ont ainsi la possibilit, travers l'intervention sociologique, de devenir des conseillers critiques, des mdiateurs entre les militants et le mouvement (ce qui ne veut pas du tout dire des apologistes idologiques ni encore moins des observateurs neutres ou des intellectuels flottant dans le vide) pour les militants intresss une forme d'autoanalyse et de conversion qui peut aider orienter leurs actions. "Le chercheur est la fois l'animateur d'une autoanalyse et l'acteur d'une intervention" . Ce genre de recherche-action-intervention devrait conduire une forme de "sociologie permanente" dans laquelle les mouvements sont capables de s'analyser eux-mmes sans ncessairement avoir demander de nouveau une intervention prcise aux sociologues, ces derniers pouvant toutefois suivre de loin les dveloppements du mouvement.

Une telle sociologie est la fois scientifique et critique, puisque les sociologues pratiquant ce genre d'intervention sont la fois des analystes objectifs et des mdiateurs dvous la sociologie et des personnes concrtes, plutt qu' des abstractions et des entits mtasociales. Le rle propre du sociologue serait donc d'analyser l'auto-analyse du mouvement, auto-analyse provoque par son intervention et qui est elle-mme le rsultat d'une demande de la part du mouvement auprs des chercheurs. L'intervention elle-mme, comme processus de recherche et d'action, est constitue de discussions et de dbats en petits groupes durant un certain nombre de rencontres, pour une dure totale de plus de cent heures sur une priode de deux ou trois ans. Une intervention a comme but final la dfense de l'autonomie de la socit civile, des relations sociales, du conflit, des mouvements et de l'innovation culturelle contre la chape suffocante de l'État et contre les pseudo-besoins programms par les technocrates. Les chercheurs tentent de produire des hypothses concernant le sens le plus lev possible des actions du mouvement, et de prsenter ces hypothses au groupe afin que celui-ci analyse sa propre action en termes de l'expression d'un mouvement social.

Touraine vise finalement tre un analyste participant, un acteur qui se place du point de vue du mouvement. Il essaie de faire entendre la voix des divers nouveaux mouvements sociaux, qui sont en train de converger en un mouvement global alternatif. Il continue d'insister sur l'importance du mouvement ouvrier et des conflits de classe, mais il pense que le conflit central de notre poque est sur le point de se dplacer graduellement mais srement du terrain de la lutte patronale-ouvrire vers d'autres arnes moins politico-conomiques et plus culturelles.

Pour un temps, Touraine a sembl croire que le mouvement cologiste antinuclaire allait tre ce mouvement social central de la socit post-industrielle ou programme en voie d'mergence, mais dans Le Mouvement ouvrier, ainsi que dans Le Retour de l'acteur, il semble avoir attnu cette ide, tant donn l'affaiblissement et le reflux apparent, ce moment-l, du courant cologiste et des autres nouveaux mouvements sociaux. Nous vivons prsentement une priode de retour des acteurs et de reconnaissance des philosophies du sujet. Le prochain ouvrage de Touraine sera une analyse sociologique du sujet, dans le prolongement du Retour de l'acteur, et constituera sans doute le point de dpart d'une nouvelle tape dans le dveloppement de sa pense. Mme s'il affirme que la classe ouvrire conserve encore une certaine importance dans la ralisation du changement social, ct des nouveaux mouvements sociaux, il est clair pour Touraine qu'elle ne fait plus le poids, mme si aucun autre mouvement social n'est encore arriv la remplacer.

Si les nouveaux mouvements sociaux ont sembl ces dernires annes, devenir plus faibles, et qu'ils ont parfois sombr dans le terrorisme ou qu'ils ont connu une institutionnalisation prcoce et une transformation en groupes de pression, ils n'ont pas vraiment disparu ou perdu de leur importance. S'ils semblent en dclin, dit Touraine, c'est seulement parce qu'ils sont plus diffus et plus lents merger en tant que mouvements sociaux vritables. Contrairement au mouvement ouvrier qui fut beaucoup plus concentr, form qu'il tait de petits noyaux actifs de militants, les nouveaux mouvements sociaux se crent dans le processus dmocratique de la cration de l'opinion publique, et non dans l'affrontement politique et la confrontation rvolutionnaire. Par consquent, les mouvements effervescents des annes soixante et soixante-dix ne seraient que les premires manifestations du mouvement social central encore venir de la socit programme en voie d'mergence, dont le moment n'est pas encore tout fait arriv. Sa naissance correspondra l'intgration des diverses luttes et l'alliance entre les mouvements sociaux anciens et nouveaux et la dmocratie politique, ainsi qu'au renforcement des dimensions morales de l'action des sujets.

Mme si la classe ouvrire ne joue plus un rle central dans les conflits sociaux cruciaux de notre poque, elle demeure quand mme vitale. Ses syndicats et surtout ses partis sociaux-dmocrates et socialistes sont maintenant devenus les premiers relais politiques de ce nouveau mouvement social central en gestation, tout comme les partis rpublicains et radicaux ont t les premiers relais politiques du mouvement ouvrier au sicle dernier, avant que celui-ci puisse donner naissance ses propres organisations politiques.

Touraine soutient que les mouvements sociaux et les luttes politiques doivent demeurer distincts les uns des autres. Les nouveaux mouvements sociaux renforcent le rle politique des syndicats et des partis de la classe ouvrire, tout en affaiblissant simultanment la conscience de classe ouvrire et le mouvement, ouvrier lui-mme. Mais le dclin du mouvement ouvrier ne signifie pas ncessairement l'affaiblissement des luttes syndicales. Il ne fait que rendre le rle politique des syndicats plus crucial, mesure que leur rle comme acteurs sociaux devient moins important. En devenant un lment fondamental de la vie politique, le syndicalisme facilite la transition de la socit industrielle la socit programme, s'il accepte de dpasser l'action dfensive en vue d'intrts conomiques et corporatistes limits afin de faire alliance avec les luttes et les proccupations des nouveaux mouvements sociaux.

Les nouveaux mouvements sociaux contestent les soi-disant besoins dfinis et prescrits par les technocrates pour l'ensemble de la population, et ils affirment de faon quasi romantique la libert des sujets et la ncessit de l'autogestion dans toutes les sphres de la vie sociale. Ainsi, pour Touraine, l'autonomie des acteurs, l'autoproduction de la vie sociale et l'autogestion gnralise deviennent de plus en plus importantes, mesure que le mouvement ouvrier se retire de la scne, que les partis de gauche deviennent politiquement plus puissants et que les nouveaux mouvements sociaux prennent de plus en plus la place centrale sur la scne de l'histoire mondiale contemporaine.


Jean-Guy Vaillancourt
Dpartement de sociologie
Universit de Montral




Bibliographie d'Alain Touraine



La parole et le sang, Paris, Odile Jacob, 1988.
Actores sociales y Sistemas politicos en Amrica Latina, Santiago, PREALC, 1987.
Le retour de l'acteur, Paris, Fayard, 1984.

Avec M. Wieviorka, F. Dubet, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1984.

(sous la direction de), Mouvements sociaux d'aujourd'hui. Acteurs et analystes, Paris, Éditions ouvrires, 1982.

Avec F. Dubet, M. Wieviorka et J. Strzelecki, Solidarit, Paris, Fayard, 1982.

Avec F. Dubet, Z. Hegedus, M. Wieviorka, Le pays contre l'État, Paris, Seuil, 1981.

Avec Z. Hegedus, F. Dubet, M. Wieviorka, La prophtie antinuclaire, Paris, Seuil, 1980.

L'aprs-socialisme, Paris, Grasset, 1980.
Mort d'une gauche, Paris, Galile, 1979.

Avec F. Dubet, Z. Hegedus, M. Wieviorka, Lutte tudiante, Paris, Seuil, 1978.

La voix et le regard, Paris, Seuil, 1978.
Un dsir d'histoire, Paris, Stock, 1977.
Les socits dpendantes, Paris, Gembloux-Duculot, 1976.
La socit invisible, Paris, Seuil, 1976.
Lettres une tudiante, Paris, Seuil, 1974.
Pour la sociologie, Paris, Seuil, 1974.
Vie et mort du Chili populaire, Paris, Seuil, 1973.
Production de la socit, Paris, Seuil, 1973.
Le communisme utopique, Paris, Seuil, 1972.
Universit et socit aux États-Unis, Paris, Seuil, 1972.
La socit postindustrielle, Paris, Denol-Mdiations, 1969.
Le mouvement de niai ou le communisme utopique, Paris, Seuil, 1968.
La conscience ouvrire, Paris, Seuil, 1966.

Avec Jacques Dofny, C. Durand, J.D. Reynaud, Les ouvriers et le progrs technique, Paris, A. Colin, 1966.

Sociologie de l'action, Paris, Seuil, 1965.
Avec O. Ragazzi, Ouvriers d'origine agricole, Paris, Seuil, 1961.

(sous la direction de), La civilisation industrielle, Paris, NLF, 1961.

Avec T. Di Tella, J.-D. Reynaud et L. Brams, Huachipato et Lota, Paris, CNRS, 1961.
L'volution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, CNRS, 1955.


Fin du texte.

    
04



: 69
: 30
:
:
: 19/08/2010

: : Mouvement ouvrier et nouveaux mouvements sociaux: lapproche dAlain Touraine    27/8/2010, 2:30 pm

    
 
Mouvement ouvrier et nouveaux mouvements sociaux: lapproche dAlain Touraine
          
1 1
 
-
» LE MODULE de Approche globale et environnemen

:
..  :: 
 :: 
 :: 
-