..


 
 . .

 | 
 

 l'conomie verte en tunisie ezzeddine MBAREK

         




: 62
: 61
:
:
: 11/08/2011

: l'conomie verte en tunisie ezzeddine MBAREK   22/11/2012, 9:31 pm

REALITES ET PERSPECTIVES DE LECONOMIE VERTE EN TUNISIEREALITES ET PERSPECTIVES DE LECONOMIE VERTE EN TUNISIE
Par ezzeddine MBAREK (*)

Lconomie verte est une nouvelle branche de lconomie de lenvironnement qui tudie lensemble des activits gnres par les entreprises qui produisent des biens et services en vue de rduire ou de supprimer les effets ngatifs sur lenvironnement (ressources naturelles et humaines).
Cette nouvelle conomie qui respecte lenvironnement est base sur une faible mission de carbone, le recours aux nouvelles technologies de production non polluantes et innovantes, le dveloppent des nergies renouvelables en vue dune croissance verte gnrant demplois verts.
La notion de lconomie verte sest impose lchelle internationale partir des deux dernires dcennies compte tenu de lintervention des organismes spcialiss des nations unies (protocole de Kyoto, confrence de Rio, etc.).
La PNUE (2011) dfinit lconomie verte comme tant une conomie qui engendre une amlioration du bien-tre humain et de la justice sociale, tout en rduisant sensiblement les risques environnementaux et les pnuries cologiques .
Quant lOCDE (2011), la croissance verte consiste favoriser la croissance conomique et le dveloppement tout en garantissant que le patrimoine naturel continue doffrir les ressources et les services environnementaux dont dpend notre bien-tre .
Il va sans dire que la terre o nous vivons est menace par laugmentation des risques de pollution (dchets), de la dgradation des ressources naturelles, des changements climatiques sous leffet des missions de gaz effets de serre (GES), de lexploitation outrance des richesses, etc.
Cette situation proccupante est le rsultat dune croissance dmographique conjugue avec une croissance conomique base sur lexpansion de lindustrie et lutilisation intensive de lnergie (ptrole et ses drivs).
En effet, les missions mondiales de gaz effet de serre (GES) imputables aux activits humaines et surtout industrielles sont augmentes entre 1970 et 2004 de lordre de 70%. Ce qui a eu un effet nfaste sur lenvironnement via une lvation progressive de la temprature : dsertification, baisse du rendement agricole, lvation du niveau de mer, inondation, pnurie deau, scheresse, baisse de la qualit de vie, pidmies mortelles, ..

I. Etat des lieux de lconomie verte en Tunisie :
Lconomie verte en Tunisie est encore ses dbuts et embryonnaire eu gard aux pays dvelopps. Elle est mal connue par la population tunisienne mis part quelques spcialistes. Elle devient ces dernires annes lordre du jour et ce grce aux directives des instances onusiennes qui ont multipli les confrences sur ce sujet de grande importance.
La progression de la population, laccroissement de lactivit industrielle et la dgradation de lenvironnement et des ressources naturelles constituent entre autres les principales causes qui ont mis en danger notre terre et notre existence.
Les missions des gaz effet de serre (GES) qui ont eu un impact ngatif sur le climat (lvation de la temprature, scheresse, inondation,), la pollution de lair par le biais des dchets et des carburants des moyens de transport et la surexploitation des ressources naturelles (eau, forts,) sont les rsultats dune activit conomique non rflchie cherchant le profit au dtriment du bien-tre social et dun environnement durable.
Une politique conomique qui prserve la nature en utilisant les nouvelles technologies propres est plus que ncessaire et profitable.
En Tunisie, lconomie verte tarde dcoller cause dune politique conomique suivie par les pouvoirs publics trs conservatrice, mal harmonise et manque dvaluation, de contrle et dinvestissements.
Il manque aussi une vraie mesure statistique et une information diffuse et grande chelle. Il est alors trs difficile de connaitre avec exactitude sa part en emplois et en production dans lconomie nationale.
Pour bien suivre, analyser et valuer priodiquement lconomie verte en Tunisie, il y a lieu de crer un observatoire national et dinclure au pralable cette nouvelle notion dans la nomenclature de lappareil statistique tunisien.
Les principaux axes de lconomie verte tunisienne sont :
1. Le Plan Solaire Tunisien (PST) : 40 projets dont 29 raliser par le secteur priv. Ce projet est lanc en 2009 suite au Plan Solaire Mditerranen (PSM). Son objectif ultime est de doter la Tunisie dune capacit de 1000 Mga watts en nergie renouvelable en 2016 et 4700 Mga Watts en 2030.
Ce grand projet permet ainsi damliorer la part dnergie renouvelable dans la production totale dlectricit en passant de 16% en 2016 40% en 2030 ce qui va viter une quantit de dioxyde de carbone avoisinant 1,3 MT par an.
2. Lnergie olienne : Malgr un potentiel valu 8 GW de puissance pour une surface exploite de 1600 km carr, la Tunisie soffre dune puissance rellement installe faible. La STEG exploite 55 MW sidi Daoued et 190 MW Bizerte alors que dautres projets sont en cours.
3. Lnergie solaire : dans le domaine du solaire thermique, la progression est notable par la cration dune filire industrielle de 500 entreprises dans le cadre du programme PROSOL. Ce projet va stendre aprs le march rsidentiel lquipement des complexes hteliers et des habitations collectives. De mme, ce projet se dveloppe vers le froid solaire.
4. Lnergie hydraulique : malgr une infrastructure assez bonne en hydraulique, la Tunisie tarde lexploiter pour obtenir de lhydrolectrique.
5. La biomasse : on remarque un dveloppement trs faible savoir quelques units industrielles de biogaz partir de la volaille.
6. Les grands projets lchelle mditerranenne :
-MedGrid : doter lEurope et les pays du Sud et de lEst de la Mditerrane dun rseau lectrique.
-ELMED : projet Tunisio-italien dinterconnexion lectrique.
-TuNur : projet dvelopp par le groupe britannique Nur Energie pour lexploitation dnergie solaire du dsert tunisien.
7. La matrise de la gestion des ressources en eau : conomie des eaux dirrigation : projet pour la rutilisation des eaux uses traites qui remonte 1965. Elle permet dconomiser dimportantes quantits deau et de participer la protection de lenvironnement. Leau traite est utilise essentiellement pour lirrigation des primtres agricoles, des terrains de golf et des espaces verts.
8. La protection de lenvironnement et promotion de la qualit de vie :
- la cration dun Fonds de dpollution (FODEP) en 1992 qui se charge de la collecte et de recyclage des dchets. Le FODEP a contribu au financement de 493 projets de dpollution en 2009. Il contribue aussi au financement des projets de production des technologies propres.
- lassainissement : on compte 98 stations dpuration la fin de 2007 avec un volume deau traite de 223 m cube.
- les espaces verts : il a pass de 4,4 m carr en 1994 14,65 m carr en 2007.
- la qualit de lair : un rseau de surveillance de la qualit de lair est implant dans les grandes villes (10 stations fixes).
-le tourisme durable ou lcotourisme : lanalyse de lactivit touristique montre une concentration sur le balnaire et une faible diversification du produit. De plus, la saisonnalit de lactivit touristique constitue un risque de non durabilit cause dun emploi temporaire dune population vulnrable conomiquement dune part et engendre surtout pour les priodes de pointes une pnurie de certains produits de consommation pour la population locale dautre part.
La concentration de lactivit touristique sur le littoral (95% de la capacit htelire) engendre des pressions sous forme drosion et de pollution.
Le dveloppement de lcotourisme reste embryonnaire malgr le potentiel quoffre le paysage du pays.
-la fonction cologique des forts : les formations forestires ont un impact sur la conservation de la biodiversit, de la protection du sol et des terres agricoles contribuant ainsi au dveloppement durable.
-lagriculture biologique : cest la branche de lagriculture qui respecte le plus lenvironnement car elle cherche protger et conserver la nature tout en donnant une production de qualit. A la fin de 2005, la superficie consacre la culture biologique slevait 21 500 ha.
- lindustrie durable : lindustrie est un gros consommateur dnergie en tant que source de GES, principale cause des changements climatiques. Lutilisation des nergies renouvelables (olienne, solaire,) et de nouvelles technologies propres contribue efficacement lattnuation des effets ngatifs des GES.
-La gestion des dchets :
Laccroissement de lactivit conomique qui touchait tous les secteurs tels que lindustrie, lagriculture et les services ainsi que llvation du niveau de vie du citoyen tunisien conjugue avec une forte urbanisation (67,3 %), ont contribu laugmentation spectaculaire du niveau des dchets qui peuvent nuire la sant et lenvironnement.
Cest pour attnuer les effets nfastes de ces dchets qui sont parfois trs dangereux sur la vie humaine en premier lieu et de tirer profit conomiquement en les valorisant en second lieu, que les activits de recyclage et de valorisation viennent en rescousse.
En effet, il sest avr opportun de transformer les dchets et les ordures sans valeur aucune une ressource utile pour la communaut et lenvironnement.
De ce fait, la gestion des dchets est devenue au fil des annes une priorit environnementale durable de grande importance et une opportunit conomique gnrant des gains substantiels pour les investisseurs privs et un moyen de promouvoir lemploi vert.


Lemploi vert :
Les emplois verts sont dfinis comme des emplois occups dans les secteurs conomiques tels que lagriculture, lindustrie, les services et ladministration qui contribuent la prservation ou au rtablissement de la qualit de lenvironnement).
Lemploi vert soccupe des taches susceptibles de diminuer la consommation dnergie, des matires premires, et des ressources naturelles comme leau, le bois, ., de rduire les missions de gaz effet de serre, de minimiser les effets ngatifs des dchets solides ou liquides, de protger et de prserver les ressources naturelles, lcosystme et la biodiversit.
Lconomie verte malgr cette phase de transition a un effet positif sur lemploi puisque dinnombrables projets voient le jour. A titre dexemple, en France, les co activits reprsentent environ 960 000 emplois directs et indirects. (Source : revue Lconomie Franaise, dition 2012).
II. Les opportunits dinvestissement dans le secteur vert :
Lconomie verte en Tunisie progresse timidement occupant ainsi une place qui devient de plus en plus importante dans lconomie nationale sous limpulsion presque exclusivement des pouvoirs publics (surtout au dbut).
Lconomie verte qui enfante, entre autres, une croissance conomique verte en respectant la nature et lenvironnement, ncessite un grand effort dinvestissement. En effet, les nouvelles technologies propres et amies avec lenvironnement sont coteuses et exigent des comptences en ressources humaines parfois rares. Les pays en voie de dveloppement trouvent ncessairement des difficults normes pour faire ce passage sans laide des pays
Linvestissement dans lconomie de lenvironnement est par excellence coteux surtout au niveau des infrastructures et des nouvelles technologies. Il est admis quen matire de dveloppement durable le retour sur investissement ne se raliserait qu long terme et il est impensable dobtenir des gains court terme.
En simpliquant dans une telle dmarche lentreprise doit supporter un surcot qui serait minimis eu gard aux conomies engendres par une efficacit accrue du systme, une meilleure qualit du produit ou service et une amlioration notable de son image de marque auprs des clients.
LEtat ne manque pas de moyens pour promouvoir lconomie verte travers une batterie de mesures incitatives et rglementaires pour encourager les entreprises investir dans ce nouveau domaine et raliser des bnfices.
En effet, linvestissement dans lconomie verte rencontre daprs les expriences mondiales plusieurs difficults dont notamment :
- Le fort degr dincertitude : absence de rglementation claire et fiable, absence dinformation crdible, visibilit floue long terme, etc. ;
- Linvestissement public pour btir une infrastructure de taille et selon les normes internationales rencontre une forte contrainte budgtaire ;
- La mconnaissance des prix cologiques ;
- Le partage des risques entre acteurs est encore absent ;
- Le temps de retour des projets dinvestissement reste indcis.
Au niveau des investissements raliss dans le secteur de lconomie verte, nous constatons que lEtat tunisien a suivi une dmarche progressive selon les priorits du moment compte tenu des contraintes budgtaires, de laide et de la coopration internationale et du degr durgence des problmes environnementaux rencontrs.
Il prend en charge les investissements lourds dinfrastructure et dinstallation et tous les projets vitaux et non rentables pour une entreprise prive, en laissant certaines activits de gestion et dexploitation linitiative prive.
Il prend en main aussi les tudes et les recherches ainsi que lvaluation et le contrle par le biais des organismes spcialiss en la matire comme lAgence Nationale de la Protection de lEnvironnement (ANPE).
En outre, il met en place des mesures incitatives sous forme de subventions, des exonrations fiscales et des facilits au profit des entreprises prives.
Les secteurs qui ont attir le plus dattention en matire dinvestissements privs, on note notamment les nergies renouvelables et lexploitation des dchets.
Le secteur priv intervient actuellement en matire de gestion des dchets dans les activits suivantes :
- la collecte et le transport des dchets mnagers et industriels ;
- lentretien des espaces verts ;
- lexploitation des dcharges des dchets mnagers ;
- le recyclage des dchets.
On comptait en 2004, environ 385 entreprises prives qui exercent une activit de collecte ou dexploitation des dchets.
Lindustrie de recyclage des dchets constitue un potentiel de grande importance au niveau de lattnuation des effets ngatifs sur lenvironnement, de la cration de valeur conomique et des emplois verts.
Le projet defficacit nergtique constitue aussi un secteur trs dynamique et en essor qui peut contribuer la diminution des gaz effet de serre (GES) et des conomies non ngligeables en nergie.
Les nergies renouvelables (olien, solaire thermique et gothermique) forment actuellement un march qui ne cesse de se dvelopper au fil des annes.
Les experts internationaux prdisent qu travers le monde, on installera plus de nouvelles capacits de production dlectricit provenant des sources renouvelables que des sources classiques.
Lnergie solaire se dveloppe avec un taux annuel moyen de 60 % au cours de la dernire dcennie ce qui prouve dimportantes opportunits dinvestissements lavenir.
Et cest le cas aussi pour lolien, les biocarburants, la gothermie et la biomasse.
Le tourisme est aussi un crneau trs important pour un investissement davenir compte tenu des marges damlioration et de diversification du produit touristique. Il peut contribuer maximiser les avantages du patrimoine culturel de lconomie locale en amliorant la qualit de la vie de la population en place.
On peut aussi citer les avantages et les opportunits dans les secteurs de forts, de lassainissement, de la conservation du sol et de leau, etc.
Quant la biomasse, les estimations montrent que les quantits de dchets organiques produites lchelle nationale sont de lordre de 8 millions de tonnes par an (2009). On compte deux pistes pour la valorisation de ce type de dchets: la matire et lnergie.
Les quantits de dchets verts proviennent de plusieurs secteurs tels que lagriculture, lagro-industriel, le service communal, le service htelier, la restauration et lassainissement.
Rfrences bibliographiques :
1. Rapport National sur ltat de lenvironnement, 2009, Ministre de lenvironnement et du dveloppement durable.
2. Rapport MED 2012 : Vers une croissance verte en Mditerrane, Agence Franaise de Dveloppement.
3. Enjeux et politiques denvironnement et de dveloppement durable, PNUE, Plan bleu, 2000, Rapport Tunisie, Sous la direction de Guillaume Benoit.
4. Des conomies vertes aux socits vertes, Rapport UNESCO, RIO, 2012.
5. OCDE, 2011, vers une croissance verte, Editions OCDE, p.9.
6. PNUE, 2011, vers une conomie verte : pour un dveloppement durable et une radication de la pauvret, p.16.
7. Opportunits dinvestissements dans le secteur de la gestion des dchets dangereux en Tunisie. Synergies n81, dcembre, 2010, bulletin dinformation de la CTFCI.
8. Mohamed Toumi (2008), La gestion intgre et durable des dchets en Tunisie , ANGEDE, MEDD, sminaire en Cte dIvoire, avril, 2008.
9. Ramzi Labidi (2010), Rapport pays sur la gestion des dchets solides en Tunisie, dit par le rseau rgional dchange dinformation et dexpertise dans le secteur des dchets dans les pays du Maghreb et du Machreq, SWEEP-Net.
10. Fadhel Ghariani , 2004. La participation du secteur priv aux activits environnementales en Tunisie : Etats des lieux, 2004, Ministre de lEnvironnement et du Dveloppement Durable, dit par le programme Tuniso-Allemand pour lenvironnement-PPE.
11. Tahar Abdessalem, 2012. Perspectives demplois dans les mtiers verts, Congrs National pour lEmploi, 28, 29,30 juin 2012, Gammarth, Tunisie.
(*) : Économiste

    
 
l'conomie verte en tunisie ezzeddine MBAREK
          
1 1
 
-
» ? ? ?
»  DiSEqC

:
..  :: 
 :: 
 :: 
-